La France c'est plus ce que c'était

Edito #7 – Gégé et BB chez les soviets

7 janvier 2013 . Pas de commentaire
By crazyhorus, in What else ?

Au mois de novembre 2012, alors que son scooter le conduisait sereinement chez lui, Gérard s’est gentiment fait gauler avec un petit gramme huit par la maréchaussée. Quelques semaines plus tard, ce dernier a pris comme prétexte un taux d’imposition trop élevé afin de se faire la malle dans un pays où l’on se noie aussi bien dans la vodka que dans la Volga. Car la voilà la véritable raison de son exil en Russie. Trop effrayé d’affronter le bras armé de la Justice française – dont une possible peine de prison de deux ans – Gégé s’est offert les services du plus grand démocrate du pays qui s’est aussitôt empressé de lui faire un passeport en un temps record. Comme quoi, quand on veut on peut ! C’est d’ailleurs fraichement débarqué sur le tarmac de l’aéroport de Saransk que notre Gargantua national a exhibé le fameux papier entre ses doigts roses et boudinés qui il y a peu ne formaient plus qu’un doigt inquisiteur à l’attention du locataire de Matignon.

Mais loin de nous l’idée de faire de Gérard un homme vulgaire et légèrement soupe-au-lait. Non. Gégé est avant tout un homme de goût et de culture, à un tel point que le gouverneur de Mordovie lui a proposé le poste de Ministre de la Culture de la région ainsi qu’une jolie datcha au sein de la capitale. Car il faut dire qu’en la matière, ce petit coin de paradis ne lésine pas sur les moyens. Pas moins d’une vingtaine de « centres de loisirs » pour punkettes avides de liberté sont disséminés un peu partout sur le territoire, un des rares héritages de l’ère soviétique dont on a pris soin de conserver l’utilité historique. Hé oui, tant que ça fonctionne… Et puis tant qu’on y est, s’ils pouvaient récupérer notre Brigitte si désireuse de quitter ce « pays (la France) qui n’est plus qu’un cimetière d’animaux » et qui semble porter dans son cœur son Vladimir aka « le glaçon des steppes » lui aussi sensible à cette cause animale qu’elle défend avec l’aplomb d’un Charles Martel, nous leur en serions bien redevables.













Alors la Russie, futur paradis pour riches bedonnants et refuges pour animaux de tout poil ? Méditons là-dessus. Après tout, comme le disait si bien Arafat dans les Guignols « mieux vaut un petit chez soi qu’un grand chez les autres ». A bon entendeur !



Aucun Commentaire