Ne nous en voulez pas

Cinq bande-sons vraiment hip-hop

28 janvier 2013 . 5 commentaires
By Arnaud, in Urban culture

Depuis un certain temps maintenant, les activistes de la scène hip-hop entretiennent un rapport particulier avec le milieu du cinéma, des premiers émois cinématographiques de Charlie Ahearn dans Wild Style en 1983 jusqu’à The Man With the Iron Fists de RZA. Dans ce classement vous ne verrez pas Juice, ni Friday ou Menace II Society et encore moins 8 Mile. En effet, la liste des bande-sons orientées hip-hop est longue et il a fallu faire un choix entre établir un énième classement des meilleures bande originales et parler de celles qui nous ont profondément marqués, principalement par l’ambiance qu’elles créent. Comédie, film policier, pure brutalité audiovisuelle ou adaptation de jeu vidéo : tout y passe.


Street Fighter (1994)

On commence sur les chapeaux de roues avec cette merveille des studios Capcom. Nous sommes en 1994 et Jean-Claude Van Damme est au sommet de sa gloire, tout juste deux ans après Universal Soldiers. Dans cette adaptation du jeu vidéo Street Fighter notre cher JCVD incarne le personnage de Guile et si l’œuvre peut faire rire, la bande-son ouvre des crânes façon cabriolet. Une des caractéristiques étonnantes de cette bande originale est qu’on y retrouve pratiquement que du rap avec notamment The Pharcyde, Nas et même LL Cool J. Ice Cube est lui aussi présent avec sa track éponyme « Street Fighter », tout comme Public Enemy avec le morceau quasiment inconnu « Rumbo In Da Jungo »… Qui l’eut cru ?


Ghost Dog : The Way of the Samurai (1999)

Avec une bande-son meurtrière réalisée par RZA, le film prolonge littéralement l’univers du Wu-Tang Clan à l’écran. Nous y retrouvons un Forest Whitaker ayant trouvé le sens de sa vie à travers les préceptes samouraïs. Multipliant les références au hip-hop, le scénariste Jim Jarmusch y a même introduit un dialogue entre mafieux des plus croustillants… « Les rappeurs ils ont tous des noms marrants comme ça maintenant, Snoop Doggy Dogg, Ice Cube, Q-Tip, Method Man… Mon préféré c’était Flavor Flav de Public Enemy ». Mention spéciale au marchand de glace francophone, introduit par une reprise de « Ice Cream » de Raekwon et sa troupe. Pour la petite histoire, Pharrell Williams viendra sampler ce morceau pour son fameux « Ice Cream Man ».


Cradle 2 the Grave (2003)

Ayant reçu majoritairement des critiques plus que négatives, Cradle 2 the Grave est une de ces productions que l’on adore détester. Vecteur de clichés ambulant, ce film d’action pure et dure raconte l’histoire d’une chasse aux diamants opposant gangsters et marchands d’armes, le tout bien évidemment aromatise à la sauce SWAT et CIA. Distribuée par Def Jam, la bande-son arrivera à la sixième place du Billboard et sur le podium du top album, et ce n’est pas pour rien : on y retrouve bien évidemment DMX et son fameux « X Gon Give It To Ya », mais également du N.O.R.E et du M.O.P. La mention spéciale revient de droit à Gabrielle Union pour son strip-tease sur « Nigga Please » de Jay-Z.

 

Superbad (2007)

Trop souvent les comédies souffrent d’un manque de reconnaissance de la part des gros bonnets de l’industrie du cinéma, Superbad en est un bon exemple : avec pourtant de multiples décorations à différents festivals et un verdict élogieux de la part de la critique presse, ce film ne verra jamais la lumière d’une récompense majeure. Avec une bande-son allant de Rick James à The Roots et leur « Here I Come », cette comédie trouve parfaitement sa place au sein de ce classement. La mention spéciale va à Bill Hader, qui joue le rôle de l’officier Slater, et son pas de danse absolument fabuleux sur « Pork & Beef » de The Coup dont les lyrics commencent par « Don’t trust the police, no justice no peace » … À voir ici.


End of Watch (2012)

Petit bijou du genre policier, End of Watch est pour certains le film de l’année : budget réduit, ambiance poignante et réalisme déconcertant font tout le charme de cette production. On y retrouve Jake Gyllenhaal et son coéquipier Michael Peña en tant que têtes brûlées de la police de Los Angeles, le tout sur une bande-son plutôt inattendue puisque la majorité des morceaux viennent de la Côte Est. Mais au diable les contradictions, David Ayer nous propose ainsi des course-poursuites et fusillades sur du Public Enemy, Cam’Ron et bien d’autres. Mention spéciale à la scène dans la voiture où Bryan Taylor, le personnage de Gyllenhaal, vibe avec sa petite amie sur « Hey Ma », à voir ici.


Arnaud Sommie
@somesta

5 Commentaires
  1. NWA le 18 janvier 2013 à 19 h 09 min

    Salut,
    Merci pour l’article, je vais aller m’écouter l’OST de Street Fighter (‘Connaissais pas). Perso, je trouve RZA particulièrement affûté dans le domaine des B-O, tellement que vous auriez presque pu faire un sujet rien que sur lui lol.
    Bonne continuation

  2. Koceila le 20 janvier 2013 à 14 h 36 min

    salut vous avez oublié celle de eminem 8 mile un classique la B.O et réussir ou mourir de 50-cent

  3. Arnaud le 20 janvier 2013 à 15 h 30 min

    @NWA > Sup’ ! Merci pour ton commentaire. C’est clair que sur RZA y a un paquet de trucs à écrire… Peut-être pour plus tard ;)

    @Koceila > Salut à toi ! Non ce n’est pas un oubli, j’ai précisé dans l’introduction que j’ai délibérément fait l’impasse sur ces bande-sons. Elles sont formidables mais il ne s’agit pas ici de parler des « classiques »… Bonne continuation à toi

  4. Gets le 8 février 2013 à 0 h 32 min

    Sympa l’article! :) Par contre pour Ghost dog tu ne confondrais pas Fonky Flav avec Flavor Flav :D

  5. Arnaud le 8 février 2013 à 12 h 30 min

    @Gets Effectivement… Honteux et corrigé. Merci !